9.81, votre partenaire pour la sécurité en hauteur

La société 9.81 est spécialisée dans le contrôle d'équipement de protection antichute (ligne de vie, ancrage, EPI), et représente un appui technique grâce à ses prestations de réception, contrôle périodique et audit.
 

Atteindre vos objectifs de sécurité – maîtriser le risque de chute de hauteur

Certification et accompagnement dans le contrôle des dispositifs antichute

Neuf81 est un organisme d’inspection tierce partie accrédité pour les vérifications des dispositifs antichutes en exploitation.

En question : la sécurité des travailleurs et des usagers sur les chantiers. En ce sens, le Code du Travail impose des vérifications fréquentes, appelées Vérifications générales périodiques.

Nous assurons des missions de vérification et réception de chantiers pour tous les types de terrains ;

- Sites de production en milieux indusrtiels (soumis à des contraintes techniques, accès, chimiques...)
- Aménagements routiers (avec des contidions liées aux intempéries)
- Trvaux en extérieurs (bâtiments, assainissements)

Nos techniciens sont équipés et formés pour être opérationnel afin de vous fournir un service de qualité et adapté à tous les environnements.

La vérification des équipements de sécurité, ce qu'il faut savoir :

 

- Quelle est la périodicité des VGP selon le type de matériel ?
- Comment se déroule la vérification ?

- Que risque le chef d’entreprise en cas de manquement ?

Tout est renseigné dans les rapports émis à la fin des vérifications conduites par les techniciens Neuf81 répondent aux exigences définies dans le cadre de l’accréditation.

Dans le cadre de leur missions, ils listent notamment l’ensemble des anomalies décelées pour permettre au chef d’établissement de les traiter. C'est-à-dire de déléguer la mise en conformité ou de planifier en interne les interventions.

Outre la vérification périodique des appareils de sécurité, l’offre Neuf81 propose la vérification à la mise ou à la remise en service de ces dispositifs, l’assistance à l’examen d’adéquation, et à la vérification de l’état de conformité à la demande de l’inspection du travail.

QU’EST-CE QU’UNE VGP ?
L’objectif de la VGP tel que défini par le Code du Travail, est de déceler en temps utile toute détérioration susceptible de créer des dangers, afin de permettre au chef d’établissement utilisateur de préserver la santé et la sécurité des travailleurs.

La VGP est une vérification de l’état de conservation des équipements de travail, dont le contenu, les modalités et les périodicités sont définies par des arrêtés du ministère du travail ou de l’agriculture.

L’arrêté relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage, est l’arrêté du 1er mars 2004.

QUI EST CONCERNÉ PAR LA VGP ?
Les vérifications générales périodiques constituent une obligation réglementaire à respecter pour les chefs d’entreprise (et travailleurs indépendants), qu’ils soient industriels, loueurs de matériels, à la tête d’une société de manutention ou d’une entreprise du BTP.

QUEL CADRE LÉGISLATIF ENTOURE LES VGP ?
Outre l’obligation générale de sécurité définie à son article L. 4321-1 « les équipements de travail et les moyens de protection mis en service ou utilisés dans les établissements doivent être équipés, installés, utilisés, réglés et maintenus de manière à préserver la sécurité et la santé des travailleurs », le Code du Travail impose aux établissements concernés, la réalisation de vérifications périodiques ainsi que les modalités de réalisation de celles-ci dans ses articles R4323-23 à R4323-27.

Comment se déroule une VGP ?

La VGP d’un appareil de levage dont le contenu est définie à l’article 23 de l’arrêté du 1er mars 2004, comprend :

Des examens visuels destinés à apprécier l'état de conservation de l'appareil de levage, de ses supports éventuels ainsi que de ses équipements interchangeables installés le cas échéant, afin de déceler les défectuosités ou les détériorations apparentes telles qu’usures, déformations, corrosions, fissures, assemblages défectueux, ...
Des essais de fonctionnement destinés à apprécier le bon fonctionnement des mécanismes ainsi que de s’assurer de l’efficacité de fonctionnement de tous les dispositifs installés sur l’appareil tels que notamment les freins ou dispositifs équivalents destinés à arrêter puis à maintenir à l’arrêt les charges et l’appareil, ou les limiteurs de charge ou de moment…
QUELLE PÉRIODICITÉ POUR LES VGP ?
La périodicité des VGP, c’est-à-dire une fréquence maximale de vérification des équipements est définie par les arrêtés ministériels pris en application du Code du travail. Cette périodicité démarre à la date de la mise en service de l’appareil neuf.

Périodicité des appareils de levage

La vérification générale périodique des appareils de levage doit avoir lieu tous les douze mois.

Toutefois, cette périodicité est de Six mois pour :

Les élévateurs de personne motorisés, c’est-à-dire mus par une énergie autre que la force humaine
Les appareils de levage explicitement listés aux II de l’article 20, il s’agit notamment des grues auxiliaires, des grues mobiles, des grues à montage rapide, des bras pour bennes amovibles, des hayons, des engins de terrassement utilisés en levage, des chariots élévateurs…
Appareils de levage mus par la force humaine listés aux III de l’article 20, sauf lorsqu’ils sont installés à demeure ou leur périodicité reste annuelle.
Cette périodicité est de 3 mois pour les élévateurs de personne mus par la force humaine employée directement.

Quels risques encourt le chef d’entreprise ?

L’absence de VGP a de sérieuses conséquences si un accident survient sur le lieu de travail, à cause d’un appareil non vérifié. La prise en charge par l’assurance est remise en cause. En cas de manquement, le chef d’entreprise responsable risque une amende de 3750 euros. Cette somme est ensuite multipliée par le nombre de collaborateurs de l’entreprise impliqués par l’infraction.

Le chef d’entreprise prend aussi le risque de perdre son honorabilité. Outre d’éventuelles poursuites civiles, sa responsabilité pénale peut être engagée en cas d’accident corporel. Les peines peuvent aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

QUI PEUT-EFFECTUER LES VGP ?
Les vérifications générales périodiques sont réalisées par des personnes qualifiées, appartenant ou non à l'établissement, dont la liste est tenue à la disposition de l'inspection du travail.

Ces personnes sont compétentes dans le domaine de la prévention des risques présentés par les équipements de travail soumis à vérification et connaissent les dispositions réglementaires afférentes, comme l’indique l’article R4323-24 du Code du travail.

La circulaire d’application de l’arrêté du 1er mars 2004 précise sur ce point qu’en tout état de cause, qu’il appartient au chef d’établissement de s’assurer de la compétence et de la qualification de la personne chargée des vérifications.

L’ED 6339 de l’INRS relative aux vérifications des machines et appareils de levage précise que choisir un organisme d’inspection accrédité est un des moyens dont dispose l’employeur pour s’assurer de la qualification et de la compétence du vérificateur désigné et ainsi pour justifier de la confiance à accorder aux résultats des vérifications effectuées.

DEKRA est un organisme d’inspection tierce partie accrédité pour les vérifications des machines et des appareils de levage.

Les rapports émis à la fin des vérifications conduites par les techniciens DEKRA répondent aux exigences définies dans le cadre de l’accréditation. Ils listent notamment l’ensemble des anomalies décelées pour permettre au chef d’établissement de les traiter.

Outre la vérification périodique des appareils de levage, l’offre DEKRA propose la vérification à la mise ou à la remise en service de ces appareils,  l’assistance à l’examen d’adéquation, et à la vérification de l’état de conformité à la demande de l’inspection du travail.

De l’expertise réglementaire à l’expertise technique, en passant par des outils dédiés, DEKRA se présente comme un interlocuteur privilégié pour réaliser les VGP et garantir la sécurité sur les chantiers.

Comment procéder ? 2 étapes simples :

*Etude mécanique de résistance de structure

*Audit méthodologique d'analyse du risque de chute

LES CONTRÔLES À EFFECTUER LORS D’UNE VGP :

Lors d’une Vérification Générale Périodique, le vérificateur prend note de l’ensemble des informations relatives à l’engin :

- la marque
- le modèle
- le nombre d’heures au compteur 
- Par ailleurs, l’opérateur venu effectuer la VGP doit être en mesure de fournir au vérificateur :
- le manuel d’utilisation de l’engin
- son carnet de maintenance consignant les inspections
- les opérations d’entretien
- les réparations ayant eu lieu
- son certificat de conformité

--> L’objectif est de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil.

De l’expertise réglementaire à l’expertise technique, en passant par des outils dédiés, Neuf81 se présente comme un interlocuteur privilégié pour réaliser les VGP.